« Année Zéro » : la renaissance souhaitée d’Helena Noguerra

 

helena-noguerra-annee-zero-cover

 

Année Zéro annonce Helena Noguerra. On n’évoquera donc pas les albums passés jouant le jeu jusqu’au bout. Car Helena Noguerra est joueuse, réalisant un album sous la forme d’un jeu de pistes où chaque titre s’adresse à un homme, à un des hommes de sa vie. Si ce tracking list s’annonce ludique pour les intéressés, il a le mérite de mettre en valeur un large champ musical dans lequel la voix d’Helena se plait à danser. Pas d’uniforme pour chacun de ses hommes, chacune de ses chansons. Du rock à la pop, des ballades, des titres épurés ou très arrangés (« The Horizon », certainement l’un des titres les plus réussis). Sa voix aussi prends le large, s’étire sur les mélodies de ces chansons d’amour.  Cette fois l’artiste, déjà auteur sur ses précédents projets, passe son galop d’essai de compositrice avec comme compagnons de travail Hugh Coltman, Philippe Eveno, Mai Lan, Federico Pellegrini ou encore le groupe Minuscule Hey. En paix et libre. Sur « We have no choice », c’est avec sa soeur Lio qu’elle partage un duo quelque peu éclipsé par l’étrange et séduisant duo avec Anna Mouglialis « Michèle et Michèle ». « The End Of the Story » et « Appelle moi », le grand écart est réussi.

L’album d’une fille de 44 ans, une femme multiple. Presque sans attentes.  Libérée, peut-être par son expérience au sein du groupe Nouvelle Vague, Helena Noguerra remet tout à plat avec « Année Zéro ». Et ce nouveau départ lui va plutôt bien.

 

 

Un album à découvrir en live  :
le 3 octobre au China à Paris
le 16 octobre au Divan du Monde à Paris