Editos / 04/11/2013

Bertrand Cantat parle. Retour de voix.

J’ai certainement été l’une des premières à dire qu’il fallait cesser d’en parler, laisser Cantat faire sa musique de son côté. S’y intéresser ou non serait alors affaire de goût et de conscience, chacun choisissant les bons mots pour fustiger l’autre camp. Comme si l’on pouvait s’autoriser à parler en ces termes. Je ne voulais parler que de la musique de Bertrand Cantat, sauf que plus jamais on ne pourra parler longuement du musicien sans que le voile, l’ombre de Vilnius trouble d’une façon ou d’une autre la perception de ceux qui lisent, écoutent.

On a beau rappelé que justice a été rendue, que dette a été payé. Jusqu’à la fin, Cantat paiera. Chacun de ses gestes, chacune de ses paroles murmurées, retranscrites ou chantées. Il sera analysé, décrié, fustigé, mis au banc. Condamné perpétuel. Mais certains usent salement de leur tribune professionnelle, récurrente pour énoncer comme loi morale leur position personnelle.

 Franz-Olivier Gisbert parle d’indécence, d’ignominie et reproche à Cantat de vouloir se poser en victime. Mais quelle indécence ? L’indécence n’était-elle pas d’oser demander à un père, aussi célèbre et talentueux soit-il, de commenter au micro d’une radio, d’expliquer le rapport sentimental, sensitif qu’il entretient vis à vis de l’homme, qui demeurera à vie le meurtrier de sa fille ? L’indécence n’était-elle pas chez ces figures médiatiques à qui l’on oserait pas le cas présent donner le titre de journaliste ? Catherine Ceylac, elle, invoque la famille, les enfants, miroir émotionnel : la facilité.
Prendre la mesure d’un drame c’est avant tout comprendre que l’on ne peut imaginer une telle situation, et de tels raccourcis montrent les limites de l’empathie.

Cantat a parlé, vous voilà rassurés. Laissez le chanter désormais. En paix.

« Le cirque a pris le pouvoir, en ignorant l’amour, en négligeant la complexité… » La meilleure des conclusions ne pouvait être que de l’intéressé.

L’interview à lire sur le site des inrocks

 


Tags:  bertrand cantat cantat parle catherine ceylac detroit éditorial gisbert inrockuptibles la bande sonore label barclay les inrocks marie trintignant nouvel album pascal humbert retour thé ou café universal music vilnius

Bookmark and Share




Previous Post
Yodelice revient avec « Square Eyes »
Next Post
Quand Joyce Jonathan enchante le Trianon



Diane Roudeix
Rédactrice en chef de La Bande Sonore




You might also like






More Story
Yodelice revient avec « Square Eyes »
Deux ans. Deux ans que Yodelice n’était plus apparu sur le devant de la scène. Deux ans qu’il se cachait, fatigué...