Chroniques LP & EP / 21/11/2013

Cats On Trees

983603_10151671630071858_124711940_n

Ca fait trois ans que ça mature et il fallait bien qu’enfin il prenne vie. Ca y est le duo Cats On Trees sort son, assez attendu, premier album. Après les EPs Uli et Tiki Tiki Boy, le duo piano-batterie félin et sauvage a préféré attendre et peaufiner cette sortie. Avec un sens de la mélodie immédiat et des paroles tantra, Cats On Trees suit une véritable démarche artistique aussi bien dans son discours intime mais universel que dans l’esthétique visuelle léchée autour du projet. Nina et Yohan sont comme les chats : ils vivent de leur côté, s’abreuvent, observent et méditent. A travers des rêves, c’est une nature en mouvement et une palette de sentiments qui est dépeinte et sublimée. Riche en couleurs, les teintes se mélangent mais ne laissent jamais la part belle à une prédominance à part peut-être celle de la pop.

Les deux matoux toulousains jouent en live avec une formation comme le groupe punk cabaret américain Dresden Dolls : piano, batterie. Combo parfait pour la scène, Cats On Trees a voulu travailler les accompagnements et enrichir ses compositions pour son premier album. Pour ce faire, ils ont collaboré à la production avec Pierre Rougean et Jean Christophe Urbain. Au fil des rencontres et via leur label Tôt ou Tard, Nina et Yohan ont fait la rencontre d’Albin de la Simone à qui ils ont proposé d’orchestrer les cordes sur les titres You Win, Flowers et Sirens Call. Le piano donne la mélodie principale, la batterie rythme le tout et enrichit aussi en jouant sur les tonalités et des programmations de beats. Les cordes viennent porter le tout pour une harmonie sublime.

Ce premier album est une invitation au voyage, avec pour direction un univers très personnel, introspectif, ultra-sensible. Le tout dans un écrin musical lumineux. Portée par la voix envoutante de Nina, la mélodie du piano cristallise des instants, des disparitions, des songes et lui donne de la perspective, de l’espoir. La mer se dessine et laisse chanter ses sirènes dans Wichita et Walking On The Line ; un arc-en-ciel splendide rayonne dans la magnifique chanson final Flower. Le single Siren’s Call, avec ses airs de This Is The Life d’Amy MacDonald, est un tube en puissance avec un refrain pop éblouissant donnant une sensation de grand espace. Too Much est une amusante ritournelle pop aux conseils avisés et Burn, ouverture de l’album, met dans l’ambiance dès les premiers instants avec l’histoire d’une fille faisant le deuil de sa relation.

Des éléments naturels organiques, des mélanges de couleurs, du symbolisme, des instants de vie et beaucoup d’espoir, Cats On Trees propose une pop qui irise le poil, donne le sourire et emmène ailleurs le temps de onze titres. Tout ça dès son premier album, Cats On Trees n’a pas fini de faire ronronner son monde et son public par la même occasion.


Tags:  albin de la simone blog musique cats on trees chanson française chroniques musique la bande sonore live report taratata tot ou tard

Bookmark and Share




Previous Post
"Les Amants Parallèles" de Vincent Delerm
Next Post
"Birds on a Wire" au Théâtre des Bouffes du Nord: Duo Magique.



Alexandre Blomme
Rédacteur en chef de Dicky.fr, ex-WeLoveMusic.fr, fan de toutes les musiques et des groupes émergents français.




You might also like






More Story
"Les Amants Parallèles" de Vincent Delerm
Lundi prochain sortira le cinquième album studio de Vincent Delerm : «Les Amants Parallèles ». Véritable histoire...