Chroniques LP & EP / 24/11/2013

Détroit, un autre horizon

 

1378867_355607244574966_520075137_n

 

On l’attendait. Certains avec impatience, d’autres au tournant. Ce n’est pas sans bruit qu’est sorti l’album de Détroit, le nouveau projet musical de Bertrand Cantat et Pascal Humbert. Le premier post-Noir Désir, post-drama. Le retour de l’artiste maudit parfois au nom du fait divers, admiré par d’autres au nom du souvenir. Et le souvenir, celui de Noir Désir, plane bien entendu sur ce nouvel horizon que déploie Détroit. « Horizons », un album coécrit et joué avec Pascal Humbert – ex-membre de Passion Fodder et 16 Horsepower.

C’est la voix de Bertrand Cantat qui incarne cette ombre, ce visage, cette figure. Des éclaircies et de violents orages, de l’électricité, des éclairs du rock élémentaire, concentré, diffusé dans une réalisation élégante. Au-delà des maux dans des titres aussi personnels que puissants, il y a le ton, l’écriture de Bertrand Cantat, noire, précise. Des suppliques. Des fureurs.

Dis moi, te souviens-tu des splendeurs nocturnes et des rires fous ?
Et dans l’iris, plantés comme des poignards 
Des éclats de rires rien qu’à nous
Dors mon ange de désolation,
Rien ne pourra jamais nous enlever nos frissons

Des poèmes où se nichent les guitares, portant la tempête, comme sur « Le Creux de ta main », envol furieux et brillant. « Sa majesté » et « Terre brulante » : c’est en français que retentissent les plus grands échos. La reprise flamboyante d’Avec Le Temps résonne. Ordalique.

 

 

Certains titres se détachent. Points tantôt d’ombres, tantôt de lumières. Ils incarnent le réel Horizons qui s’ouvre à Détroit. D’autres déçoivent (« Ma Muse », « Gimmer in your eyes ») mais les fulgurances dépassent et laissent les traces d’un beau disque. Par son talent, Cantat contraint au silence ceux qui décriaient son retour et ravit ceux qui n’avaient rien oublié. De ce talent, de cette profondeur.

Le public ne s’y est d’ailleurs pas trompé propulsant l’album de Détroit en haut du classement des ventes d’albums. Les cinq Cigales parisiennes étaient complètes en quelques minutes seulement et les dates de tournées afficheront toutes SOLD OUT dans les prochaines semaines.

 

 

Avant l’ajout de nouvelles dates, il reste seulement quelques places au Rockhal Luxembourg le 6 mai, à Amiens le 8 et à Laval le 23 mai également.

 


Tags:  bande sonore barclay bertrand cantat chanson française chronique musique detroit droit dans le soleil la bande sonore le vent l'emportera live report marie trintignant noir désir pascal humbert rock vilnius

Bookmark and Share




Previous Post
Les Grands Prix de la SACEM !
Next Post
Découvrez "Feel" le nouveau clip de Griefjoy



Diane Roudeix
Rédactrice en chef de La Bande Sonore




You might also like






More Story
Les Grands Prix de la SACEM !
Le 25 novembre prochain aura lieu à l'Olympia la cérémonie de remise des prix de la SACEM (8ème édition). La SACEM...