Hirundo, le nouvel envol de Dominique Dalcan

« C’est comme si un jour tout ce que j’avais en tête redevenait possible… »

Nous vivons à l’ère de la précipitation, dans une course perpétuelle au temps où tout n’est que hâte, empressement, affolement, bousculade… alors arrêtons-nous. Ne serait ce que pendant les 41 minutes d’Hirundo qui amènent une température printanière à notre hiver. Dominique Dalcan, ce vagabond de la chanson française nous présente chaque titre de cet album comme des instants T de vie et nous emporte dans un véritable voyage intérieur.

Celui pour qui, entre la vie et la mort, le cœur a balancé nous revient posé, serein et nous dévoile 11 titres dans un écrin de douceur, comme un retour à la vie. « C’était quoi la question », titre vibrant d’ouverture aux mots simples et justes co-écrit avec la slameuse Luciole pose l’ambiance; Dominique Dalcan est bien là. Et il chante. L’enchaînement poignant et mélancolique avec le second titre « Transhumance » évoque les jours plus noirs, « Des Hommes et des Lions » se révèle sauvage et synthétique tout comme le très planant « Paratonnerre ».

« Les trophées m’ont coûté cher
Des plumes et du goudron
J’irai nager dans la rivière
J’irai voir au fond… »

Fort de son passé de chef étoilé de la pop à la Française des années 90 (notamment à l’origine de l’excellent « Cannibale », un credo), la production d’Hirundo est aussi précieuse que délicate, avec des arrangements ambitieux pourtant jamais prétentieux.

« A quoi pensent les oiseaux » chante-t-il sur ce single avec la douce Mina Tindle. Avec sa grâce volatile et la finesse de ses vents pop, Dominique Dalcan semble donner une réponse à cette question en proposant cet « Hirundo », ces nouvelles chansons, attendues depuis si longtemps, qui effleurent aujourd’hui les sommets d’une légèreté, d’une élégance bercée d’horizons sereins, trempés de lumière. Un enchantement.

Merci Monsieur Dalcan.

hirundo

Site Officiel: dominiquedalcan.com
En concert le 31 Mars au Café de la Danse à Paris