« Droit dans le Soleil », l’extrait de Detroit – Bertrand Cantat et Pascal Humbert

Impossible d’y échapper. Les matinales s’empressaient de présenter en exclusivité le premier extrait d’ »Horizons », disponible sur internet dès l’aube. Le voile est enfin levé sur les prémices de l’album de Détroit, le nouveau projet artistique de Bertrand Cantat et Pascal Humbert.

Quelques jours auparavant, j’ai découvert avec désolation la pétition d’un collectif de féministes pour la réouverture du dossier de Bertrand Cantat concernant le suicide de Kristina Rady. Et ce matin nul ne semblait être en mesure de commenter ce nouveau titre autrement que par le sondage paru ce week-end dans « le Parisien », où l’opinion se prononce sur ce qui est juste ou non, sur la liberté de Cantat à reprendre sa place dans le paysage musical actuel.

 Cette volonté ambiante de vouloir faire sa propre justice est désarmante, horripilante. Et il m’apparaît comme évident de ne pas débattre infiniment sur son droit à revenir sur le devant de la scène après avoir purgé la peine à laquelle il fût condamné, après avoir suivi son contrôle judiciaire respectant l’interdiction de publications d’œuvres artistiques évoquant Vilnius ou la mort de Marie Trintignant. On aura beaucoup parlé de Bertrand Cantat mais personne, ou presque, n’aura parlé de cette première chanson, objet d’une énième polémique.

Une valse acoustique, un texte bordé de noir, qui se concentre sur une lumière crépusculaire. Cette aube auquel l’artiste a droit aujourd’hui. La douceur et la poésie de ce texte me laissent penser que Bertrand Cantat est, enfin, de retour, dans une énergie différente, bien entendu, de celle qui m’avait conquise sur des albums de Noir Désir comme l’exceptionnel « Veuillez rendre l’âme (à qui elle appartient) » ou « Tostaky ».

 Il y a la fêlure du timbre, la mécanique de l’intime, une mélancolie bouleversante qui a toujours hanté la prose poétique du chanteur de Noir Désir. Et puisque le groupe n’est plus, que sa séparation actée en 2010, c’est appuyé sur le talent du bassiste Pascal Humbert que Cantat se réinvente.

 Avec « Droit dans le soleil », Bertrand Cantat et Pascal Humbert, qui étaient tous deux déjà membre du Chœur de la trilogie « Des Femmes » de Wajdi Mouawad (album « Choeurs » sorti en 2011 chez Actes Sud), dévoile un morceau des « Horizons » qui s’ouvrent à eux avec ce nouveau projet. Il séduira, je l’espère, jusqu’aux détracteurs de l’homme, laissant la musique à sa place, c’est-à-dire au premier plan/

 Le texte complet de ce billet – à lire ici.