Editos / 13/06/2013

Lettre à France

Ma chère France,

Je me permets quelques familiarités, je viens de lire ton interview dans le Parisien et tu ressembles fort à la tatie grincheuse des repas de famille.
Quand Jenifer a annoncé la sortie de son album de reprises de France Gall, on s’est plongé dans ta biographie, toute ta discographie, montant au front de la défense du patrimoine. Des chansons marquantes, incontournables écrites et composées par Michel Berger mais aussi Serge Gainsbourg, Pierre Delanoe ou Joe Dassin parmi les plus connus…. (Que tu sembles un peu oublier dans tes amères revendications)

On a été surpris de ne pas entendre ton nom dans le spot télé du nouvel album d’une des chanteuses préférées des français (qui de surcroît était diffusé aux coupures pub d’un prime-time à plus de 8 millions de téléspectateurs). On pensait bien que tu passerai une tête un de ces 4, un espèce de prime exceptionnel où tu viendrais embrasser sur le front et serrer dans tes bras la petite brune qui clame partout à quel point elle t’adore ( et Alizée aussi qui au passage revendique son amour pour tes chansons et ton influence dans les siennes, et Loane aussi qui reprend « Aime la » sur la BO du dernier Gondry).

Mais non. Silence radio. « Y a des silences qui disent beaucoup », tu chantais ça, fût un temps et nous avions donc bien compris ton message. Mais voilà qu’après plusieurs milliers d’exemplaires vendus (environ 27) et une belle exposition de ton nom (qui t’a fait grimper dans le top iTunes le soir du fameux prime de TF1), tu te décides à parler.

Ô drame, on ne t’a pas demandé ton avis, à toi France, France Gall. On a osé laisser une autre voix reprendre des textes qui ne sont pas les tiens, sur des musiques composées par d’autres que toi. Oui, ils l’ont fait, elle l’a fait. Comme cette tripotée de jeunes artistes qui a osé mettre à l’honneur ton répertoire le temps d’un prime sur TF1 (c’était plutôt mauvais oui, mais les moyens étaient là… Après le talent ça ne s’achète pas – sauf si tu as une adresse, on saura à qui la diffuser).
Tu n’aimais déjà pas la reprise de Lââm qui inondait les radios l’été de mes 11 ans, mais je vais t’avouer un truc : sans elle, je n’aurais jamais écouté une seule chanson de Michel Berger (parce que la variété n’est pas le fond sonore de tous les foyers français). Et s’il en était de même pour les jeunes qui aujourd’hui écoutent religieusement Jenifer ? Alors oui ni Lââm, ni Jenifer n’ont fait des reprises à la cheville de celles de Véronique Sanson (qui dépassent largement tes propres interprétations des chansons de Berger, – mais c’est un avis personnel) ou des originaux.
La petite poupée, naïve, engagée, douce et amoureuse donne aujourd’hui à voir une dame aigrie, acariâtre. Cette promo te permet d’annoncer ton futur spectacle, ta mise en scène dans un programme récurrent (sur une chaîne qui a de l’argent). De parler de ta vie, de tes idées, des fantômes aussi. L’arroseur arrosé. Tu craches ton venin pour récolter la colère en retour de ceux qui, déçus par tant d’amertume, comprennent que ton cri de désespoir est un appel public aux grands médias et un teasing pour ta comédie musicale prévue pour 2015.

Je sens bien que tout ceci est insupportable, que si tu avais pu, tu aurais interdit tous ces hommages. Mais si tu n’es pas difficile à joindre, Jenifer l’est encore moins. Et là les larmes plein la gorge, tu aurais pu l’appeler, la retrouver autour d’un café et lui demander de renoncer a ce projet tant cela aurait été insupportable pour toi à vivre. Elle l’aurait fait.
Le prix des larmes s’affichera sur ton relevé Sacem (d’ayant droits) à la fin de l’année. Toi, « membre d’une maison de gauche », tu conviendras donc que ce serait de l’argent sale. Je te propose de les reverser à une association pour ne pas qu’il pèse sur ton cœur et ta conscience… Ou de les reverser a France télévisions… Puisqu’il parait qu’ils n’ont plus d’argent.

Allez « Débranche »… ou chante !

Diane

 

Et la preuve d’amour (parce que OUI, il y en a) est ici…


Tags:  france gall france televisions gondry jenifer laam loane michel berger poupée de cire poupée de son reprises tf1 veronique sanson

Bookmark and Share




Previous Post
"Ce que public veut", Julie Zenatti peut
Next Post
Tied & Bound - Photo



Diane Roudeix
Rédactrice en chef de La Bande Sonore




You might also like






More Story
"Ce que public veut", Julie Zenatti peut
« Ce que public veut, Julie peut !». C’est avec ce slogan qu'elle nous accueilli en ce dimanche 2 juin dans ce qu’elle...