Portraits / 16/04/2013

France Gall, icone pop

La jeune génération ne cache pas sa tendresse pour l’éternelle visage de poupon de la chanson française. Alizée la cite en référence. Jenifer lui dédie un album de reprises et TF1 prépare une soirée spéciale façon « Génération Goldman » où de jeunes artistes reprendront les plus grands succès de France Gall. L’occasion pour nous de revenir sur celle qui demeure l’éternelle « Poupée de son » de la chanson française. On résume bien souvent sa carrière à son association amoureuse et musicale avec Michel Berger, mais France Gall est d’abord une idole des jeunes à l’époque de « Salut les copains » avec son lot de jupes plissées, chaussettes blanches et chevelure bien rangée. Serge Gainsbourg fera d’elle la lolita française avec entre autres « Les Sucettes à l’anis », l’excellent « Laisse tomber les filles » ou encore le paradoxal « Baby Pop ». A 18 ans, un brin naive, France Gall dérange parfois, toujours contre son gré. Malgré des efforts pour essuyer l’effet « lolita », France Gall ne rencontre plus dans son pays le succès mérité. Elle s’en va, se révolte, se perds aussi. Mais la petite blonde n’a pas encore vingt ans.

En 1974, sa rencontre avec Michel Berger lui offre un nouveau départ. « La déclaration d’amour » sera le premier succès d’une longue liste : « Ca balance pas mal à Paris », « Résiste », « Il jouait du piano debout ». Les Zenith affichent « complet » durant plusieurs semaines. Berger offre à France Gall les standards qui l’inscriront définitivement au panthéon de la chanson française. Après Starmania, la chanteuse s’engage en chantant des titres bien loin des fameuses sucettes, « Babacar » en est un bon exemple. Puis Michel disparaît brutalement, alors France Gall, peu à peu, s’efface du paysage médiatique. Ses apparitions se font encore plus rares après le décès de sa fille Pauline en 1997. Marquée par la douleur et certainement forte d’une certaine pudeur, ses hommages à Berger sont restés ponctuels, discrets et élégants. Nombreux sont ceux qui guettent, espèrent son retour. Des murmures parfois l’évoquent. Peut-être que le salut général que lui offre la nouvelle génération en 2013 lui donnera l’envie de chanter à nouveau. Chanter comme elle le faisait, comme en parlait.

« Chanter, ce n’est pas simplement aller chercher de l’air et le ressortir en mots et en notes. C’est donner, se livrer, s’exposer. »

 

 

Jenifer sortira son album de reprises « I Love France » le 3 juin prochain, après la sortie du premier single le 29 avril « Poupée de cire, poupée de son ». Chanson qu’elle avait déjà interprétée avec Rose sur le plateau de la Fête de la Chanson Française en 2008.

 

 

Loane aussi reprend France Gall dans la bande originale de « L’écume des jours » de Michel Gondry, adaptation du roman de Boris Vian avec Romain Duris et Audrey Tautou.


Tags:  france gall i love france jenifer michel berger poupée de cire poupée de son rose serge gainsbourg starmania

Bookmark and Share




Previous Post
La Gaîté de Barbara Carlotti
Next Post
Buridane sort de sa Boule Noire



Diane Roudeix
Rédactrice en chef de La Bande Sonore




You might also like




1 Comment

Jun 13, 2013

[…] des repas de famille. Quand Jenifer a annoncé la sortie de son album de reprises de France Gall, on s’est plongé dans ta biographie, toute ta discographie, montant au front de la défense du….Des chansons marquantes, incontournables écrites et composées par Michel Berger mais aussi Serge […]



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.



More Story
La Gaîté de Barbara Carlotti
    La folie furieuse de Barbara Carlotti a frappé Paris une nouvelle fois. Après sa très belle Cigale l'an...