J’ai l’honneur d’être… Brigitte Fontaine

 

1234386_697552450258469_427928353_n

 

« J’ai l’honneur d’être » annonce Brigitte Fontaine avec son nouvel album. Treize nouvelles chansons comme elle sait les faire. Douces, graves et étranges. De cette éternelle singularité. Belle et élégante.

« Honte aux imbéciles/ Des Dîners en ville/Prends moi dans tes bras/ Et embrasse moi »

La poétesse revient avec ses images, ses jeux de langues qui dépeignent cette fois peut-être un tableau plus personnel que celui de Prohibition, dernier album solo sorti en 2009 (« L’un n’empêche pas l’autre » en 2011 rassemblait des duos avec de nombreux artistes dont Bertrand Cantat avec le sublime « Les Vergers »).

Belkacem Areski, complice de toujours, signe la composition et la réalisation de la quasi-totalité du disque. Brigitte Fontaine, elle, écrit. Ivre, enthousiaste, bouleversante. L’émotion règne en maître  avec des morceaux comme « Sur une mère gelée » ou encore « Père », clôture magnifique de ce nouvel album. Provocante, peut-être, essentielle et naturelle pour sûr, Brigitte Fontaine a l’honneur d’être. Avec l’etc… qui la rapproche d’un Gainsbourg, à la parenté évidente.

A 74 ans, Brigitte Fontaine propose un disque diablement élégant où la singularité se fait évidence, émotion brute. Une grande réussite.