Jukebox #8 : « Ne me dis pas qu’il faut sourire » – Isabelle Boulay

Il m’a été difficile de sélectionner une chanson pour ce Jukebox. Je me suis rapidement rendue compte que ma vie avait été marquée par de nombreux artistes et tout autant de genres musicaux. Quelle influence choisir ? J’ai finalement opté pour un coup de foudre musical récent et personnel, avec ce titre d’Isabelle Boulay, écrit et composé par Benjamin Biolay.
A la fois langoureux, tendre et cruel, « Ne me dis pas qu’il faut sourire » met en exergue le fossé entre le désir violent et l’amour vrai. La douleur de l’amoureux transi face à la légèreté de l’autre. Il n’a fallu que deux prises pour obtenir la version finale de ce titre dont les arrangements rappellent l’élégance des chansons d’autrefois.

Lorsque j’entends la voix d’Isabelle, je ne peux m’empêcher de penser à cette expression de Charles Aznavour : « les artistes sont les pharmaciens de l’âme ». Parce que oui, en premier lieu, il y a cette voix, belle, forte, rauque. Une voix qui soulage mes peines et amène un vent de nostalgie sur mes joies. Une voix sublimée ici par la plume et la trompette de Biolay.
Puisque la vie va m’enlaidir

De quoi pourrais-je me ravir

Si c’est le fin mot de l’histoire

Et si la mer je dois la boire

Puisque tu dois m’anéantir

Ne me dis pas qu’il faut sourire.

Aurélie Lebec

« Ne me dis pas qu’il faut sourire », Isabelle Boulay, 2008. (album : Nos Lendemains)