L’Amour Et Moi : Jenifer #3

 

 

 

Après avoir envahi les ondes avec son single « Sur le fil » cet été, l’heure est venue pour Jenifer de présenter « L’Amour et Moi », son cinquième album studio. Et c’est dans une ambiance pop dance que Jenifer dévoile aujourd’hui une autre part de talent. Chanteuse caméléon, presque, car les programmations de cet album habillent sa voix, comme jadis (car ce temps semble bien lointain) les violons de « Donne moi le temps ». C’est autour d’un duo que cet album s’est construit : Jenifer et Silvio Lisbonne, éloigné le temps d’une réal de son alter-égo de Mutine.

« L’Amour Et Moi » se révèle être un album abouti et homogène, riche en singles potentiels, qui manque peut-être légèrement de respirations. Après « Sur Le Fil », on verrait bien « Les Jours Electriques » prendre le relais en radio : écrite et composée par Emmanuel Da Silva (à qui Hélène Ségara doit « La Vie avec toi » et Claire Denamur son « Bang, Bang, Bang ») qui signe également « Tu ne dis rien ». Yohann Malory, artiste récemment signé chez Universal, signe deux des titres les plus forts « Mademoiselle fume » (avec des airs de « Je danse ») et « Appelle la police mon amour » avec Olivier Reine. Rares sont les ballades, et une seule, finalement, se détache de ce magma de pop acidulée : « Mes nuits ».

Il est surprenant de retrouver Gérard Duguet Grasser (auteur notamment pour Julien Clerc) et Alexandra Roos à l’origine du très dance-floor « Est-ce que tu m’aimes? ». Dans les inédits de l’édition limitée, le malin « Y a pas d’jen » (Manu Larrouy) n’est pas sans rappeler l’ambiance de « Tourner ma page » (single phare de son 3ème album).  Malgré tout, les très (trop?) 90’s « Besoin d’Air », « L’Amour et moi », « Prisonnière » se noient un peu au milieu de ce florilège de titres forts, de sons dance où la voix de la chanteuse, contrairement à ce que l’on pourrait imaginer, est mise en avant, éclairée comme rarement.

Nul besoin de préciser qu’il est question d’amour sur cet album, presque comme toujours dans les chansons de Jen. Le ton est actuel, souvent sensuel : une jeune femme de son temps, s’éloignant soigneusement de ce que l’on sait d’elle pour incarner plutôt ce que chacune est ou pourrait être.

Avec « L’amour et moi », Jenifer nous tend un piège délicieux, dans lequel on finit par tomber… avec le sourire. Il ne fait nulle doute que s’entrevoit, ici, la promesse d’un succès populaire pour la jeune corse.

 

« Y a pas de gêne, y a pas de plaisir, allez fais moi te le redire… encore »

 

 

 

Album disponible le 17 septembre
En Tournée à partir de mars 2013 

30/03 – Zenith de Paris

    Laisser votre commentaire ici