Le Désert, La Tempête de Sophie Pelletier

Amis Québécois, vous n’avez pu y échapper cet automne : « Sans remords », le premier single de Sophie Pelletier a inondé toutes les stations de radio de la belle province. Impossible de passer à côté de ce refrain accrocheur, aux accents pop-folk.
Et lorsqu’on écoute « Le Désert, La Tempête », on se dit que l’extrait ne sera pas le seul à connaître un tel succès. L’album regorge de titres prometteurs. Un disque entre pop et country, aux accents parfois blues et parsemé de rock à l’occasion.
Marc Dupré et Grégory Charles ont souhaité travailler pour elle. Sans succès. Sophie Pelletier est exigeante, elle sait ce qu’elle veut. C’est auprès d’André Papanicolaou (Vincent Vallières) qu’elle a enfin trouvé son bonheur professionnel. Celui qui lui permettrait de sortir l’album dont elle rêvait en poussant les portes d’une célèbre Académie télévisée, il y a déjà trois ans.
Parmi les 13 titres que compte « Le Désert, La Tempête », 11 ont été co-écrits par la jeune auteure-compositrice-interprète. Steve Marin, Sylvie Paquete et Nelson Minville (Roch Voisine, Laurence Jalbert) lui ont prêté leur plume. Tout comme André Papanicolaou qui signe aussi la réalisation de l’album.
Sophie Pelletier chante l’amour bien sûr, mais aussi la vie et même la santé mentale (« Tiroirs »). Un disque autobiographique, selon l’artiste. Elle qui « tombe amoureuse toute les semaines » et a étudié en éducation spécialisée.

J’ai enlevé les artifices
On ne m’a pas reconnue
J’ai retiré les cicatrices
Je n’en voulais plus
Pour faire de moi
Celle que j’ai voulu
Pour être là
Où je me suis attendue.