Le « party » des Sœurs Boulay #FRANCOSMTL

Les Sœurs Boulay, c’est une vieille histoire. Celle d’une rencontre, un soir, dans un bar des Francofolies de Spa. D’un album ensuite, Le Poids des confettis, réalisé par l’excellent Philippe B. D’une redécouverte enfin, répétitive et toujours agréable.
Comme Isabelle – non, il ne s’agit ni de leur grande sœur, ni de leur cousine –, Stéphanie et Mélanie Boulay sont originaires de la Gaspésie. Et comme Isabelle, elles aiment la musique folk à tendance country. La comparaison s’arrête là bien qu’une bienveillance mutuelle persiste depuis leur trio sur la pépite, Mappemonde.
Un moment de télévision qui les aura propulsées sur le devant de la scène. Entre temps, elles multiplient les récompenses, jusqu’à recevoir une nomination cette année pour le prix Félix-Leclerc (finalement remporté par Salomé Leclerc).
À l’occasion de cette 27ème édition des Francofolies de Montréal, les discrètes frangines ont rangé ce qui leur restait de timidité pour se produire en vedette sur la plus grande scène de la Place des Festivals. Régalant la foule de la douceur de leurs chansons et de leurs harmonies vocales si délicates.
Des invités, aussi cohérents que différents, sont venus partager des moments d’intimités. Paul Daraîche, le premier. « Je ne pense pas que j’aurais fait ce métier si tu n’avais pas bercé notre jeunesse », s’est exclamée Stéphanie, l’ainée. Quelle joie de réentendre la si touchante A ma mère (Perce les nuages) ! La guitare de Fred Fortin (Galaxie) est ensuite venue réchauffer la place, rapidement suivi de Daniel Lavoie et son intemporelle Ils s’aiment, puis de la très jeune (et prometteuse) Rosalie Ayotte.
Les titres s’enchainent, la plupart issu de leur premier album. Soudain, un refrain méconnu et une annonce : Fais un show de boucane, « c’est une nouvelle chanson qui sera sur notre nouvel album, disponible à l’automne. On peut enfin le dire ! ».

Crédit photos : Benoit Rousseau.