Live reports / 21/10/2013

Le tourbillon Aufgang #MaMa13

 

6J4A5416

Très actifs ces derniers temps, avec la sortie de leur EP « Ellenroutir », les trois musiciens d’Aufgang ont investi la scène de la Cigale dans le cadre du Mama festival. Ils étaient suivis de Popof, venu clore la soirée derrière ses platines.

 

La première partie était assurée par les américains d’Emancipator, un luxe tant les apparitions du duo en France sont rares. Durant 40 minutes, leur trip-hop musclé a fait chauffer une salle qui s’est remplie au fil des titres. Le son du violon – joué en live – s’est accordé avec celui des machines. Un mariage sensuel et une belle mise en bouche.

Il fallait arriver tôt pour profiter du set d'Emancipator, qui s'est chargé de réveiller le public du Mama

Il fallait arriver tôt pour profiter du set d’Emancipator, qui s’est chargé de réveiller le public du Mama

Il est environ 20 heures 30 quand Aufgang se présente sur scène, Francesco et Rami s’installent derrières leurs pianos respectifs, tandis qu’Aymeric le batteur fait face au public, intercalé entre ses deux compères. Le groupe est attendu, surtout après les nombreuses louanges reçues lors de leurs dernières apparitions. Alors que les premières notes résonnent, un voisin s’exclame : « Quoi ? Ils jouent leur morceau le plus connu dès le début ? ». Le trio débute en effet par Kyrie, l’un des titres phares de l’album Istikaliya.

D’entrée, c’est un déluge de notes qui s’abat, le son des pianos se mêlant à celui des synthés et d’une batterie déchaînée. Vient alors Vertige, qui nous emmène un peu plus loin dans cette ambiance aux accents psychédéliques. Le sol tremble, les doigts des pianistes se lancent dans de folles embardées. C’est donc ça Aufgang, un groupe dont le travail prend tout son sens en live. Abrupt il est vrai – le trio ne s’embarrasse pas de paroles et n’hésite pas à s’aventurer dans des mélodies torturées – mais prenant, sans aucun doute.

6J4A5430

Le temps d’un morceau, les musiciens se retrouvent autour de la batterie, se partageant les tommes et les cymbales, puis c’est au tour d’un quatre main sur l’un des deux pianos à queue.

C’est alors que le dernier titre se dessine, grandiloquent, olympien. Le trio fait durer le plaisir et consume ce qui lui reste d’énergie dans une ultime embardée. Au moment de saluer le public, les visages sont marqués, les t-shirts trempés de sueur témoignent du marathon musical qui vient de s’achever.

6J4A5461

Aufgang l’a confirmé, c’est un objet musical. Difficile à cerner, bien malin celui qui pourra lui apposer une étiquette, tant son style détonne avec les mélodies qui abondent d’ordinaire dans nos oreilles. Remués, nous quittons la salle l’impression d’avoir reçu des claques en pleine figure. Plus surprenant encore, on en redemande.

6J4A5434

 

 


Tags:  aufgang concert festival istikaliya la bande sonore la bande sonore partenaire la cigale mama mama event nouvel album paris pop française

Bookmark and Share




Previous Post
David Lemaître, intime à l'Orphée #Mama13
Next Post
Jukebox #16 : "Avec le Temps" - Léo Ferré



Tom Deszpot




You might also like






More Story
David Lemaître, intime à l'Orphée #Mama13
Les rendez-vous inédits du MaMa offrent de belles surprises dans des lieux inédits. Jeudi soir c'était David Lemaître...