Les Love Songs de Vanessa

621072_589565937740363_599808053_o

 

« L’au delà » ouvre ces « Love songs » avec des chœurs chargés mais délicat. La douceur d’un Paradis. Des titres redoutables comme « Love Song » où le timbre érafle de la chanteuse recouvre sa sensualité, sa fragilité. Tantôt sensuelle, espiègle, mélancolique. Toujours douce. « C’est quoi » ? ces rythmes qui s’invitent, qui font danser les silhouettes dans une nuit tamisée sous des lumières orangées.

« Tu vois c’que j’vois ». Oui des extraits de films presque. D’antan, de souvenirs d’avant.  « L’amour c’est retrouver toute son enfance » chante t-elle dans « les espaces et les sentiments » signé de François d’Elephant, ce sixième album est peut-être un concentré de de ce que Vanessa Paradis avait donné à voir pendant les 20 dernières années, appuyée, cette fois, sur l’épaule du talentueux Benjamin Biolay. Mathieu Boogaerts signe aussi quelques chansons, certaines des plus réussis, comme l’excellent « Le rempart », où la rupture se niche dans les tentations d’un dernier rendez vous.
« Prends garde à moi » incarne l’évidence des ballades à la « Pourtant » avec l’intelligence d’une réalisation qui met la voix devant, en lumière comme jamais.  Des comptes que l’on règle, aux états d’âmes qu’elle égrène. Panorama Amoureux où la belle déambule avec élégance. « The Dark it comes » brillant duo avec Carl Barat, entre méandres et hauteurs. Un arrêt « Station 4 septembre ».

 

Mi amor , un parfum de divine idylle, un titre efficace et passionné, d’autres plus pop comme « New Year » ou teinté de blues comme « Foorway »

La chanson pour les vieux cons, délicate et anamnèse. Un point, bouleversant. « Des roses roses ». Cinématographique duo entre Biolay et Paradis, qui rappellerait presque l’union d’un Dutronc et d’une Françoise Hardy, les chansons d’instants, photo des années 70.

« Love Songs  » de Vanessa Paradis est un bel album. Celle qui chantait « Joe Le Taxi » semble avoir atteint une forme de sa superbe. Délicate, langoureuse et toujours malicieuse. Eternelle.