« Les mots bleus » pour fêter la Musique

Je n’ai jamais rien fait d’extraordinaire le soir de la Fête de la Musique, n’y trouvant ni grand intérêt ni un quelconque attrait pour la foule. Mais hier, ce n’était pas un 21 juin comme les autres.

17h, Théâtre Marigny. Pierre Lescure entre en scène pour la présentation de la programmation de la saison. A l’affiche, entre autres, Christophe. La dite-surprise, dont on connaissait l’existence puisqu’elle était la raison de notre présence, c’est le cadeau de Christophe. Deux titres piano-voix en toute intimité. Parterre clairsemé, balcons déserts : instant privilégié.

Non seulement Christophe est à l’origine des plus belles chansons de ces 40 dernières années, mais l’homme aux lunettes bleues n’a rien perdu de sa voix cristalline et précise. Et il est un vrai mélodiste, un grand pianiste. Nul besoin d’artifice autour de ses mots bleus. Chacun justement placé, finement sans retenue mais avec assez de pudeur pour que je chavire.

Ces deux chansons ont été le plus beau des cadeaux de toutes les fêtes de la musique, un vrai moment d’exception qui aurait pu me faire croire, que la fête n’était pas à la musique, mais à mon coeur de groupie.

Christophe m’a conquise. Je reviendrais m’incliner devant autant de talent en janvier 2013 à Marigny. Il me bouleversera encore avec « ses accords d’un rock sophistiqué. »

Merci à Simo de Bulle Sonore