Patrice Michaud, habitué des Francofolies #FrancoMtl

Pour sa quatrième participation consécutive aux Francofolies de Montréal, Patrice Michaud se sentait en confiance. Une première selon lui ! Il faut dire que la carrière de ce Gaspésien originaire de Cap-Chat a considérablement évolué en quatre ans, entre l’engouement massif du public et la reconnaissance du milieu.
La soirée s’est ouverte avec Des cowboys, des indiens, suivi de On fait comme si, extrait de son premier album, Le Triangle des Bermudes. Les titres s’enchainent, ponctués par quelques surprises. La présence de Mara Tremblay, « [sa] grande amie », en est une. Ensemble, ils reprennent Liverpool de Renée Martel, puis, en rappel, Les Aurores de Mara.
En plus d’être un excellent auteur-compositeur-interprète, Patrice Michaud manie très bien les ficelles de l’humour. Ses interventions n’ont rien à envier aux humoristes les plus en vue. On aura rarement vu un artiste présenter ses musiciens – Marc Hébert, Louis Fernandez et Marc Chatrain – de manières si drôle et embarrassante, avouant leur penchant d’adolescents pour l’émission érotique des années 1990, Bleu Nuit.
Ainsi, il multiplie les anecdotes personnelles. Celle de Deux lignes rouge est particulièrement attendrissante. Parce qu’il avait toujours trouvé « quétaines » les chansons dédiées aux enfants, ce jeune papa s’était promis de ne pas mettre la sienne sur un album. « Donc on l’a mise sur l’album », ajoute-t-il, le sourire aux lèvres.
Le clou du spectacle ? Sans aucun doute le medley rock’n roll offert en fin de première partie : Elvis, Chuck Berry… Patrice Michaud enfile une paire de lunettes de soleil et se déhanche comme jamais, « une commandite de Yann Perreau ». Le « party est pogné » comme disent les Québécois.

 

 

Crédit photos :  Benoit Rousseau.