Chroniques LP & EP / 23/09/2013

La « Mafia Douce » de Pendentif décomplexée et vitaminé pour prolonger l’été

936458_10151442967982161_148361395_n

Petit retour en arrière avant de commencer, l’année fût folle pour le quintet bordelais, après plusieurs distinctions depuis 2010 (Tremplin SFR Jeunes Talents Francofolies La Rochelle 2011, Fair 2013…) le groupe est signé sur le label Discograph (Angus & Julia Stone, Cocoon…). Les mois passent et les dates s’enchaînent jusqu’à ce premier album. « Mafia Douce » est une prolongation d’un bel été déjà terminé, pop colorées et français assumé : retour sur un excellent premier essai.

L’album s’ouvre sur « Riviera », les riffs de guitares entêtants d’emblés. On embarque dans le bateau prêt à partir sur les vagues, à voyager. Enchainant ensuite avec « Embrasse Moi » l’un des tubes qui aura révélé le groupe cette année, groovy, dansant, les textes et le chant de Cindy sensuels, fort d’un refrain que l’on reprend fièrement en cœur.

On continue notre périple sur les vagues avec la « Mafia Douce », probablement l’un des futurs singles du groupe, fort de cette petite touche, si propre au groupe. Un brin pétillant, foisonnant. Le bonheur sans modération, un nouveau refrain encore une fois gravé dans notre petite tête. Titre pour un réveil en douceur et coloré avant d’aller travailler. Pendentif c’est une aventure de toute la pop moderne, c’est aussi une exploration plus new-wave comme le démontre « Ondine » et « Boulevard du Crépuscule », un petit hommage à Etienne Daho peut-être ?

 

 

Evidemment, nous ne pouvons pas passer à côté d’un des titres qui aura embelli notre été, le fameux « Jerricane ». Plein de pêche, là pour nous donner le sourire à toute heure de la journée, le groupe sait nous faire voyager, et avec un beau talent. « 1er Juillet » arrive ensuite ressemblant comme beaucoup d’autres « petits nouveaux » à l’image d’Aline ou de Granville, sans nous déplaire. A bon entendeur. Le bijou s’offre aussi un titre à son image, place aux claviers et à la danse maintenant ; petite touche british au refrain, on adore, on aime. L’envie de chanter, la bonne humeur totale.

Jeu de guitare léger ensuite avec « God Save La France », surf-pop efficace et décomplexée, des refrains entêtant fonctionnant à merveille. Proche de l’arrivée, le rythme ralenti sur « Voltige », le chant hypnotisant de la chanteuse sur des textes aux airs taquins et sensuels. A quai, l’album se clôture sur « La Nuit Dernière », chanson presque club sur fond groovy. Un dernier moment nostalgique de la french-pop défendue fièrement par la nouvelle génération.

En conclusion « Mafia Douce » est  un très bon disque, les sonorités sont très délicieuses et ultra-colorées. Un album pop ensoleillé, décomplexé et survitaminé, recette efficace. La bande son de la rentrée pour les nostalgiques des nuits d’étés.

 

 

Pendentif sera en concert le 12 novembre à La Maroquinerie de Paris, le 20 novembre à La Marquise de Lyon (w/O Safari). Toutes les autres dates à découvrir ici.

 

 


Tags:  aline bordeaux cafe de la danse embrasse moi fauve god save la france granville jerricane la femme la femme ressort mafia douce pendentif

Bookmark and Share




Previous Post
"Penser à une montagne c’est un sentiment de puissance et d’ouverture sur les choses" Girls in Hawaii
Next Post
Paul et Louise - Leurs Autofictions



Thomas Saminada




You might also like






More Story
"Penser à une montagne c’est un sentiment de puissance et d’ouverture sur les choses" Girls in Hawaii
Les belges de Girls in Hawaii avaient titillé leur public avec la sortie de leur single Misses en avril dernier. Everest,...