« Toute la vie », les Enfoirés ont encore frappé

 

Depuis quelques années, Jean-Jacques Goldman (aka l’intouchable Dieu de la variété française), entre deux chansons pour Alizée, Hélène Ségara ou Patrick Fiori, s’associe (le plus souvent) à son « fils spirituel » Grégoire pour écrire et composer l’hymne des Enfoirés. Jusque-là pas vraiment de problème. Même si on ne peut s’empêcher de penser que s’ils s’imposent (et nous infligent) des titres inédits c’est peut-être parce que les artistes n’acceptent plus de céder leurs droits SACEM sur un single qui sera multi-diffusé. Bon ok, sur ce coup, on est un peu mauvaise langue… mais il faut bien trouver une raison d’être à cet attentat auditif qui revient tous les ans comme les épidémies de gastro-entérite.

Si niveau musique, on réussit à se conditionner en intégrant le fait que le titre doit être « catchy » dixit les programmateurs radios et qu’il doit plaire à Tatie Chantal qui n’a pas acheté de disques depuis le dernier Goldman et les triplettes Léa/Manon/Chloé, hystériques de Pokora, Shy’m et Christophe Maé… ok, admettons.

Mais alors niveau texte, on aurait préféré entendre le vibrato d’Amel Bent ou le timbre de Zaz et Aubert massacrer un bon vieux Ferrat. Car même si l’on s’oppose généralement aux sacrilèges de la sorte, on aurait vu à travers ce single une volonté de transmettre, de partager (et de ne pas prendre votre public pour des imbéciles). Mais il fallait une chanson originale et là, JJG et son complice (on ne sait pas encore à l’heure actuelle qui a contribué à cette ch…chose) ont dépassé toutes les limites déjà largement franchies par les Enfoirés.

Déjà en 2012 : 

« Encore toutes ces enfances / Nées du côté d’pas d’chance / Les parents qui démissionnent / Et des écrans qui fonctionnent. » 

Puis En 2014

« Nos chaussures sont aussi pourries / Que celles des gens qui passent ici  / Nos manteaux sont pas beaucoup plus neufs / Que celui du pauvre Rutebeuf »

Et en 2015, Jean-Jacques provoque une battle de chorales et de générations (oui, oui on a cherché à comprendre quand même). Dans le fond, c’est vrai que Mimie Mathy, Patrick Fiori et Kad Merad sont en mesure de donner des leçons aux adolescents de 2015… (#WTF)

D’un côté, #lesdjeuns, une chorale d’ados qui chante en faisant de belles fautes de français sur fond de désespoir et de résignation.

« Toute la vie / c’est des mots, ça veut rien dire »

« Vous aviez tout / Paix, liberté, plein emploi / Nous c’est chômage, violence et sida. » 

De l’autre, #lesvieux,  le choeur des Enfoirés répond :

 « Tout ce qu’on a, il a fallu le gagner / A vous de jouer / Mais faudrait vous bouger. » 

et le redondant « Mais vous avez / oui vous avez / toute la vie / A ton tour / vas-y »

On atteint le summum de la rime (et de la bêtise) avec :  « Aujourd’hui j’envie tellement ta jeunesse / Quel ennui / Je l’échange contre ta caisse » (en tout cas si vous comprenez le lien entre cette phrase et le principe des Restos du Coeur, on ne refusera pas vos lumières sur ce point)

Au refrain, les ados s’égosillent « C’est bidon, ça veut rien dire ». Enfin une parole sensée! Vous avez bien résumé ce que l’on pense de ce que vous nous infligez. Pour l’hymne des Enfoirés 2016, on tient à la disposition de Jean-Jacques le numéro de Mme Laglaive, institutrice en CE1 à l’école Jacques Prévert, qui nous garantit que ses élèves ont déjà fait mieux. Et, sans vouloir vous vexer, on la croit sans problème.

Faire un don aux Restos du Coeur



Bookmark and Share




Previous Post
Julie Zenatti célèbre "Les Amis"
Next Post
Vianney : Interview Thé & Chouquettes









More Story
Julie Zenatti célèbre "Les Amis"
Après le succès de son 1er single, "D'où je viens", Julie Zenatti choisit "Les Amis" pour promouvoir son album à paraître...