Un nouveau Dumas

Générosité. Difficile de trouver un terme plus adéquat pour parler de Dumas, après avoir assisté à son marathon de mardi. Entre mini spectacles dans le métro et promotion classique, l’artiste a arpenté Montréal, avant de ponctuer la journée par une ultime prestation sur la scène du National. Visiblement heureux de retrouver un public venu en nombre l’applaudir.

Dumas et ses musiciens, Jonathan Dauphinais et Etienne Dupuis-Cloutier – également réalisateurs de l’album –, ont alors livré trois nouveaux titres : Une Journée parfaite, Ne me dis pas et Compte à rebours. La représentation s’est ensuite terminée sur une note très rock, avec la reprise de Venus, issue de son deuxième opus, Le cours des jours (2003).

Une belle complicité semble s’être nouée entre les trois hommes. De leur tournée des bars est né Dumas-le-disque. Dumas-l’artiste se dit, quant à lui, réinventé par ces rencontres. Autre collaboration décisive : celle avec Alexandre Soublière (Charlotte before Christ), avec qui il co-signe la majeure partie des titres de l’album. Une première pour ce solitaire assumé !

Vaudou, premier extrait dévoilé au début de l’été, annonçait la couleur. Un son très pop, teinté d’électro. On peut aussi relever quelques pointes de soul et de rock. L’album est réussi, efficace. Difficile de ne pas se laisser accrocher par l’un ou l’autre refrain.

Et pourtant, ce qui frappe le plus à l’écoute de ce disque est ce vent de mélancolie qui souffle tout le long. Dumas évoque des sujets inédits dans son répertoire, l’amour notamment.

Ne me dis pas
Qu’il est déjà trop tard
Ne me dis pas
Qu’on a fait tout ce trajet pour finalement s’arrêter là

Une tournée à travers le Québec est prévue dès février prochain et devrait se poursuivre jusqu’au printemps. Les dates sont disponibles sur le site officiel de Dumas : www.dumasmusique.ca.